de nouvelles fenêtres ordinateur portable tablette https://pharmaciefr.org/priligy-30-mg/ bien manger pour se sentir bien
SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI ★ UNDER THE HIGH PATRONAGE OF HIS MAJESTY THE KING MOHAMMED VI ★ تحت الرعاية السامية لصاحب الجلالة الملك محمد السادس
Home > Artistes

47SOUL

Formé au printemps 2013 autour de figures de la scène actuelle palestinienne en exil, 47SOUL a développé un son unique et fédérateur, quasiment un nouveau genre, alliant Dabkeh du Moyen-Orient, la pop locale dont l’origine est une danse endiablée, avec des synthés post-kitsch et beats électroniques actuels.

Des textes simples, fédérateurs et engagés, une capacité à prendre le public dans leur univers et à faire danser les foules qui révèle une formation solide en concert et qui a inventé un genre unique : Le Shamstep.

Africa United

Formation panafricaine, composée de membres du Maroc, de Côté d’Ivoire, du Congo et des Comores, le bien-nommé Africa United, est une formation de Rabat, créée en 2006 à l’initiative du comorien Fahad Faisoil.

Ce groupe hétéroclite aux influences aussi diverses que les origines de ses membres, s’inspire du terroir africain dans sa grande richesse et ses nuances pour écrire un reggae universel aux textes et aux thèmes évocateurs et fédérateurs. On a ici de fervents admirateurs de Bob Marley et d’Alpha Blondy, qui n’hésitent pas à reprendre quelques hits de leurs idoles lors de leurs concerts.

Ahaddaf Quartet

Ahaddaf Quartet est un ensemble de Jazz où se croisent des musiciens d’origine marocaine, italienne, française et américaine, tous basés à Amsterdam. Autour du Oud de Mohamed Ahaddaf, il y a Matt Adomeit à la contrebasse, Avi Darash au Piano, Francesco Bongiorno à la percussion et la batterie.

Avec un background arabo-andalou, le natif du Maroc explore toutes les possibilités du Jazz, avec des influences latines. Des mélodies solides, des thèmes accrocheurs et des solos magique. Il sort son troisième album Seasons en septembre 2016.

Ali Khattab

De son Egypte natale à l’Espagne andalouse, Ali Khattab a fait de sa vie un voyage musical rythmé par son obsession pour le flamenco. Il débarque à 20 ans à Jerez où il se forme auprès des grands maîtres de la région. Attaché à ses racines, il accorde son diapason ibérique aux traditions du Nil et fusionne gammes arabes et flamenco, en expérimentant différentes formations. Il a déjà deux albums à son actif qui ont rencontré un bel accueil à l’international.

Amanar de Kidal

Amanar de Kidal est un héritier de la musique moderne du Nord-Mali au sein de la communauté Touareg. Guitares au blues lancinant, percussions hypnotiques et chants engagés, telle est la formule éprouvée par le natif de Kidal. Son premier album est paru en 2015, sous le nom de Tikounen, sur le label Koré Sound (Festival sur le Niger).  Amanar est un représentant de cette génération de Touaregs qui allient savamment culture millénaire et instrumentarium contemporain.

Amine & Hamza

Les deux frères tunisiens sont des virtuoses du Oud et du Qanun. Biberonnés à la musique classique arabe, ils ont développé très tôt une complicité musicale comme seules les grandes fratries savent faire. Ils ont appris et développé ensemble un goût pour la diversité des musiques du monde, et ont collaboré avec différents musiciens d’horizons très divers. Aujourd’hui, ils reviennent avec un nouveau projet avec clarinette, violon, percussions et chant.

Ba Cissoko

Ba Cissoko, c’est avant tout une histoire de famille. Griot guinéen, formé par son maître M’Bady Kouyaté, il arrive en 1995 à Marseille pour le Festival Nuit Métis. Enrichi de ses nouvelles rencontres, notamment en Europe, il crée une formation à son image et sort plusieurs albums qui rencontrent un franc succès en France et à l’étranger. Joueur de Kora et chanteur, il développe son univers et devient une des grandes figures guinéennes de la musique à l’étranger. Il sort son nouvel album Djeli en mai 2016 en quartet, avec des grands musiciens ouest-africains de la diaspora à ses côtés.

Bargou 08

Dans le Nord-Ouest Tunisien, entre les montagnes tunisiennes et la frontière algérienne, une tradition musicale forte est ranimée par le groupe Bargou 08, rénovateur de cette culture millénaire. Entre le chanteur iconique Nidhal Yahyaoui et le producteur brillant Sofyann Ben Youssef, une complicité forte autour de la mise en valeur de ce patrimoine a donné lieu à un stoner rock post-traditionnel aux accents psychés. Gasbah ou Zokra, percussions et outar sont agrémentés d’un synthétiseur analogique qui délivre une basse à la puissance assourdissante. Le batteur, lui, ne renie pas son amour du grunge et du stoner des années 90.

Betweenatna

Un punk-rock aux accents hardcore sur des textes crûment casablancais et à l’humour cynique, Betweenatna est le fruit d’un coup de tête et d’une complicité de longue date, remontant à la fin des années 90.

Composé de vétérans de la nouvelle scène marocaine avec Abdessamad Bourhim à la guitare, Said Gamha à la basse, Oubize au chant et Amine Hamma, ils sont rejoints par le jeune et talentueux Said Mounna à la batterie. Ce groupe marocain détonant a autoproduit une dizaine de titres décalés, déroutants et actuels en darija, en faisant honneur à l’esprit punk et la philosophie DIY.

Bongeziwe Mabandla

Bongeziwe Mabandla est sud-africain. Qu’il chante en anglais ou xhosa, sa voix magique au timbre particulier résonne parfaitement dans son écrin afro-folk. Un esprit acoustique et frais, aux vibrations soul, grass-roots et urbaines, qui n’est pas sans rappeler le travail de Tracy Chapman, Simphiwe Dana ou Jabu Khanyile. Avec un album à son actif, Bongeziwe Mabandla s’est produit dans les plus grands festivals du pays et a reçu deux prix. Il a également participé au programme One Beat aux USA pour les projets sociaux innovants autour de la musique. Il a déjà collaboré à domicile avec Joss Stone et Vieux Farka Touré.

Carlos Lopes

Le Cap-verdien Carlos Lopes est auteur compositeur et interprète. Avec une part belle aux rythmes métissés du Batuque et du Funana, il distille dans son premier album des chansons aux paroles douces et réfléchies et aux mélodies enjouées, festives à souhait.

Il est en tournée depuis un an, après avoir remporté le prix de l’Estrela Pop à Paris. Il fait partie de cette nouvelle génération au Cap-vert qui assure le lien nécessaire entre traditions et nouvelles esthétiques.

DJ Gamra

DJ Gamra découvre la culture Hip-hop culture et tombe amoureux du break dance dans les années 90. Après s’être imprégné des différents codes de cette culture, il décide de fonder son propre groupe de break dès l’an 2000 puis commence sa carrière de DJ en 2007, notamment à base de turntable, guidé par son affection particulière pour les vinyles et les techniques old school.

Il prend part à des événements tels que championnats nationaux et qualifications aux mondiaux, gagnant l’expérience pour monter au niveau professionnel et évoluer sur des projets artistiques avec de nouvelles influences tel que le Funk, Soul, Groove ou encore du jazz.

Do Moon

Do Moon est un duo français de l’île de la Réunion. Constitué de CSYZ et FLOWDI, deux producteurs d’électro, passionnés de house, de techno et des sons traditionnels de toute l’Afrique. Créé en 2013, Do Moon a déjà écumé la plupart des grandes scènes de l’île et à l’international également. Polyvalents et créatifs, les deux compères proposent une vision plus ouverte dans le développement de l’afro-house, à l’instar de cette scène électro africaine qui commence à prendre une véritable place de choix dans l’univers des musiques électroniques mondiales.

Doueh – Cheveu

Entre Cheveu, groupe français aux couleurs punk-rock et Doueh, le Hendrix Saharien, une belle histoire d’amour est née entre deux formations et plusieurs artistes qu’à priori tout sépare et rassemble à la fois.

Lors d’une résidence à Dakhla, en janvier 2016, ils ont réalisé et enregistré un album qui sonne à merveille, entre mélopées hassanies et énergie punk, sur fond de distorsions et d’overdrive à outrance. Une belle aventure à suivre de près !

E.sy Kennenga

Originaire de la Martinique, E.sy Kennenga est issu d’une famille d’artistes, et se passionne naturellement très jeune pour la musique. Il démarre sa carrière au sein du groupe One Day. Depuis 2009, accompagné de sa guitare, il enchaîne les concerts dans plusieurs régions du monde et sort 2 albums solos Ek Trip et Ek Trip 2 ainsi que l’album live du même nom.

Son univers est celui d’une créole pop, légère et agréable. E.sy Kennenga fait partie de ces interprètes qui passent du chant au rap avec une aisance déroutante et un talent incroyable. Un bel espoir pour son île natale.

Fatima Tachtoukt

Fatima Tachtoukt est originaire de la province de Achtoken Ait Baha de la région du Souss. Révélation du concours de Radio Plus Agadir pour les nouvelles voix avec le « Ddu tafukt » en 2007, elle est lauréate face à 300 candidats.

Spécialiste du répertoire des rwayes, genre emblématique de la région, elle est accompagnée par les mélodies magiques afro-berbères du rebab et du guembri et les rythmes composés du bendir, le tout passé à la sauce électrique avec batterie et guitare. Fatima Tachtoukt renouvelle le genre et le préserve avec talent et charisme.

Generation Taragalte

La jeunesse de M’hamid El Ghizlane, aux portes du désert du Maroc, l’aspire à rejoindre le rang des grands interprètes et compositeurs sahariens et Touaregs qui irriguent le monde depuis quelques années de leur magnifique blues. Un groupe en a émergé, Génération Taragalte, né en même temps que le Festival du même nom, en 2009.

Cinq jeunes musiciens autodidactes, de familles nomades, rajoutent au blues touareg une touche locale, poétique parsemée de percussions et de chants hassani. Leurs textes et leurs mélodies, à l’instar de leurs aînés, reprennent les thèmes universels de la paix, la tolérance et la communion des peuples.

Ghoula

Entre sa Tunisie natale et l’Europe, Wael Jegham, dit Ghoula, a écrit son premier album solo Hlib El Ghoula, littéralement « Le lait de l’Ogresse », expression qui désigne l’introuvable en dialecte tunisien. L’introuvable, ce sont ces vieux vinyles d’Afrique du Nord que Ghoula utilise à outrance pour composer une musique hybride et rare.

Entre beats électro-hip hop, instruments acoustiques, scratch et chants samplés depuis ces précieux 33 tours, Ghoula en live est une performance riche et théâtralisée, avec un habillage vidéo magique. Un souffle nouveau pour cet héritage musical plus vivant que jamais.

H-Name

Saad aka H-name est un rappeur de Casablanca. Vainqueur des Méditel Morocco Music Awards en 2015, il fait le buzz au mois de juillet de l’année 2015 avec son tube wach rak nachet, où il révèle son univers musical, qui mixe rythmes afros, mélodies latines et sonorités marocaines sur un flow enjoué, résolument festif. Habitué des festivals et des scènes du royaume, il collabore également avec d’autres artistes du continent africain comme le camerounais Stanley Enow. Il fait partie des figures montantes du hip hop du Royaume.

Hicham Telmoudi

Le violon d’Hicham Telmoudi nous emporte à travers les différentes régions du Maroc, leurs rythmes et musiques. Dans ce somptueux voyage Hicham nous entraîne vers les Daqqa de Marrakech, Aissaoua, Jebliya du Nord ou encore les rythmes du Souss et du Sahara… Il entretient et suscite par le voyage un amour musical pour son pays.

Avec l’album Ajinwerikbladi, Hicham Telmoudi a tourné au Maroc et sur les scènes du monde comme en Afrique du Sud où il a participé au Cape Town International Jazz Festival.

Ibaaku

Natif de Dakar, originaire de Casamance, Ibaaku est un artiste prolifique, producteur, multi-instrumentiste, auteur, compositeur et animateur radio. Avant de lancer sa carrière solo, il a travaillé avec la crème de la scène hip hop sénégalaise. Le hip hop et l’électro expérimentale, mâtinés de références sénégalaises et de sonorités locales remixées, sont les influences majeures du premier opus du DJ, le magnifique Alien Cartoon.

On retrouve ici et là de belles références à la Beat Scène et à leur chef de file, Flying Lotus. On pense beaucoup aussi à Sun Ra à travers l’imagerie afro-futuriste proposée par les deux artistes.

Inna Modja

Le troisième album d’Inna Modja est un voyage entre les racines de son enfance, le Rail Band de Salif Keita et les vibrations d’aujourd’hui, enivrantes, entrainantes, irrésistibles. Des acolytes prestigieux l’ont accompagné pour réaliser ce projet : Stephen Budd, Oxmo Puccino, Cheick Tidiane Seck, Krazy Bald Head…
En français, en anglais ou en bambara, Inna Modja écrit, compose et chante les rencontres, les joies, les douleurs. Après le succès retentissant de French Cancan, Inna Modja continue ses explorations sonores et musicales. Sur scène, c’est un tourbillon de délicatesse, de soul, de sensualité… Craquante, assurément !

JadaL

Référence de la pop-rock jordanienne, les enfants terribles de Amman, Jadal, ont conquis le cœur des amateurs du genre dans le monde arabe. Formation créée en 2003 par Mahmoud Radaideh, elle propose un répertoire de chansons accrocheuses qui traitent de questions sociales en revendiquant une identité «Arabic rock ». Après avoir sorti deux albums en 2009 et 2012 et fait une belle tournée dans la région, ils ont sorti cet été leur troisième album Malyoun.

Jah Bongo & The Zion Rock

Jah Bongo & The Zion Rock est une rencontre musicale entre des ivoiriens et marocains, autour du reggae roots. Encore une preuve de l’universalité de cette musique qui rapproche les peuple d’Afrique. Depuis 2015 et leur victoire au Tremplin « L’Boulvart », le groupe se veut le porte drapeau d’un Maroc pluriel ouvert sur le continent africain et ses ressortissants. Jah Bongo & The Zion Rock prône l’amour façon rasta, un amour salvateur pour l’ensemble de l’humanité !

JOKKO

Jokko est le fruit de la rencontre magique entre l’incroyable Omar Sosa, les deux génies du Souss marocain moderne, Foulane Bouhssine au rebab et Mehdi Nassouli au chant et au guembri, le maître du Balafon Aly Keita, Childo Tomas à la basse et Sega Seck à la batterie. Un power band dont le nom en Wolof signifie « Partager, échanger… » et qui raconte bien la musicalité du projet, avec un afro-jazz où les différentes cultures se mélangent avec légèreté et bonheur autour du piano magique du maître cubain.

Karyna Gomes

Née en Guinée Bissau, biberonnée aux musiques traditionnelles et urbaines du pays, chanteuse et compositrice, Karyna Gomes est une très belle voix féminine du continent africain. Inspirée par le convivios do quintal cher aux sociétés des tropiques, elle est également influencée par ses séjours sur les continents africain, américain et européen. Membre de l’historique Super Mama Djombo, elle sort son premier album Mindjer en 2014, chez Get ! Records, produit par Paul Borges, dédié au courage des femmes guinéennes.

Kiriss

Kiriss’ voice reminds us of the golden age of rai-chaabi ; a nightingale voice, with a post-80ies spirit. Born in a Maghreb country with porous musical limits, he did his « baptism of fire » on parties and traditional events and their ruthless stages. The boy from guercif has now settled down in Paris, where he works on the international development of his project.

Kyekyeku

Kyekyeku offre une musique singulièrement ghanéenne par ses sonorités et ses images entre folk et beats de musique highlife urbaine et palpitante. Kyekyeku appartient à une nouvelle génération de jeunes musiciens dynamiques au Ghana, combinant les traditions musicales roots du Palmwine (un style de folk du Ghana), du Highlife et de l’Afrobeat.

Depuis sa création, Kyekye a pu collaborer avec des artistes de renom tels que Peter White, Thais Morel, Mayra Andrade, Blick Bassy, Ebo Taylor, Atongo Zimba ou encore Pat Thomas.

Premier retour au Maroc depuis leur représentation au Festival de Musique Gnaoua d’Essaouira, Kyekyeku revient pour Visa For Music.

Labelle

Labelle est un artiste réunionnais unique en son genre. Héritier électro de la tradition de fonnkèrs de l’île, il distille un maloya aux textes raffinés et à la musique riche et très évocatrice, propice à la rêverie…

Au confluent des différentes influences de l’île, entre cultures indiennes et africaines, Labelle propose un répertoire profond, méditatif, qui invite à une douce transe, une électro en toute intelligence …

Lauréat de la 5ème édition du « Prix Musiques de l’Océan Indien ». Ce concert s’inscrit dans le cadre de la tournée offerte au lauréat.

Labess

L’algérien Nedjim Bouizzoul est une des voix les plus en vogue de l’Algérie contemporaine. Avec son groupe Labess, il invite à un voyage méditerranéen entre Rumba gitane et chaâbi, dans ses langues de prédilection : français, arabe ou espagnol. Avec une voix grave, cassée, comme un vieux chanteur de la mare nostrum, il question le vivre ensemble, le dépassement des différences.

C’est une nouvelle aventure du groupe démarrée à Paris fin 2014, qui l’a vu jouer dans une dizaine de pays sur plus d’une centaine de scènes, jusqu’à la sortie du troisième album La Route, paru en avril 2016.

Love’N’Live

Love N’Live est une formation camerounaise, constitué de musiciens venant des différentes régions du pays. Autour du multi-instrumentiste Rass Nganmo se crée cette formation atypique qui se produit dans les rues de Yaoundé pour la première fois en 2014. Avec une dimension sociale et un engagement fort, ils proposent une vision progressive et psyché des musiques patrimoniales et urbaines camerounaises, comme le Maghambeu, le Bikutsi et le Makuné, tout en touchant au Jazz et à la musique contemporaine.

Nabalüm

Jeune révélation de la scène musicale Burkinabé, lauréate 2016 du programme Visa pour la Création de l’Institut Français, Nabalüm sort d’une résidence à la Cité Internationale des Arts de Paris, durant laquelle elle a écrit sont premier album intitulé Saké à paraître en Avril 2017. Autodidacte à la magnifique présence scénique, auteure-compositrice à la voix magique et envoûtante, elle chante en mooré, malinké et français un répertoire afro-soul inspirée des grandes références africaines des vingt dernières années.

Sekouba Bambino

Sékouba Bambino est un vétéran de la scène guinéenne. Enfant de griots, son talent de chanteur le propulse en 1979 à la tête de l’orchestre national, le Bembeya Jazz à la demande du président. Produit par Syllart Records, il développa une belle carrière solo et fut également un des leaders du projet de salsa africaine Africando. Entre 1990 et 2012, il enregistra pas moins de 13 albums solos et devint une des grandes figures de la musique guinéenne des vingt dernières années. En concert, c’est une voix de ténor lyrique au timbre mandingue authentique qui prend aux tripes et vous transporte.

Super Afro Party

Un vibrant hommage à l’esprit des maquis et des boîtes de nuit de l’Afrique prolifique et postcoloniale des années 1970, tel est l’esprit du spectacle « Super Afro Party ». Avec une sélection pointue et groovy d’authentiques vinyles du continent, agrémentés par les chants, les tambours, les percus électro et un mix vidéo, la mise en scène de Dj Balafon et de son équipe mettent le feu sur scène pour un voyage dans le temps et dans l’espace, à la découverte du continent le plus rythmique de la planète !

Temenik Electric

Temenik Electrik est un phénomène français aux forts accents algériens qui n’est pas sans rappeler Carte de Séjour et les débuts de Rachid Taha.

Porte-voix du rock arabe, après un premier disque plébiscité à l’international, ils sortent fin 2015 Inch’Allah Baby, réalisé par le légendaire Justin Adams.

Riffs rock, transe électro, univers pop 2.0, ce nouvel album rend aussi hommage aux origines algériennes de certains de ses membres, textes en dialecte, rythmiques nord-africaines, dans une invitation à la transe, sous forme d’incantations post-rock du leader Mehdi Haddjieri.

The Dizzy Brains

The Dizzy Brains est le phénomène garage rock de l’Océan Indien ces derniers mois. Né en 2011 à Madagascar, le quartet oscille entre histoires du quotidien et un son rudement efficace et rock’n’roll. Face à l’absence de perspectives et aux injustices locales, le groupe crie sa rage dans un rapport brut de décoffrage à la musique. Depuis leur passage aux transmusicales de Rennes, le groupe fait sensation en France et en Europe et écume les scènes alternatives du vieux continent.

Urbain Phileas

Urbain Phileas fait de la scène depuis l’âge de sept ans. Chanteur, danseur, il monte sa formation, qui existe depuis 18 ans, avec des membres de sa famille, et défend un maloya ancré fortement dans la tradition, puissant et profond, sans concession. L’énergie communicative du groupe, la puissance rythmique et vocale des interprètes invite à la découverte d’un spectacle unique en son genre. Ils sont à découvrir également sur disque avec le dernier album Tsodrano.

Virginia Guantanamera

L’enfant de Cuba est petite fille de canariens et descendante des Antilles françaises. Diplômée à 17 ans de l’Ecole Nationale des Arts à Cuba, elle devient soliste et sa voix magique, au timbre particulier, lui ouvre bien des portes sur l’île. Avec un large répertoire et une expérience solide, Virginia Guantanamera écume les scènes caribéennes, d’Asie, d’Amérique centrale et d’Europe. Installée désormais à Tenerife, elle a sorti un album au beau succès, Entre2Uno, en 2015, qui sonne à l’image du métissage de sa vie.

Vox Sambou

Vox Sambou, originaire de Limbé, en Haïti, est membre fondateur du collectif de Montreal, Nomadic Massive avec lequel il a sillonné le Canada. Auteur-compositeur, Vox Sambou a déjà produit 3 albums et sillonné le continent américain avec son projet solo. Musicien engagé contre les injustices et les déséquilibres sociaux, il distille un subtil mélange de rythmes traditionnels de son île natale mâtiné de latin jazz, d’afrobeat, de reggae et de hip hop. Il a déjà collaboré avec The Narcysist et Noam Chomsky sur le clip « Articie 14 » et s’implique dans un certain nombre de projets en Haïti pour la reconstruction du pays.

Wachmnhit

Depuis 2005, Wachmn’hit s’est hissé d’année en année au rang de chef de file de la scène reggae-dub du Maroc. Sept musiciens biberonnés au son roots excellent dans l’art de faire sonner l’héritage de Marley en darija, avec des textes engagés et joyeux à la fois, une pointe de cynisme et toujours cet esprit malicieux et rebelle qui possède tous les amateurs du one drop. La pâte marocaine n’est jamais bien loin, entre références rythmiques et mélodies locales qui agrémentent le son dynamique de cette formation prometteuse.

Yacine & The Oriental Groove

Le groupe Yacine & The Oriental Groove vient présenter son troisième album : Mediterranean Clash. Avec la sortie de ce dernier opus, le groupe catalan prouve qu’il possède une vision bien personnelle et indépendante de la musique méditerranéenne. Le titre Mediterranean Clash est une référence directe au contexte social et politique d’Europe. Un continent abasourdi, désorienté et confus, incapable de s’ouvrir aux cultures voisines car elles sont étrangères.

La musique de Yacine & The Oriental Groove est un des meilleurs exemples des opportunités créées par un choc culturel. Sur scène, les musiciens offrent toute leur énergie, leurs concerts sont explosifs, presque électriques, toujours vrais et authentiques.

Othman El Kheloufi

Muni de sa voix et de son saxo, Othman El Kheloufi souffle depuis le Maroc un nouvel air. Touche à tout, curieux et refusant les étiquettes, ce natif de Salé a partagé la scène avec des artistes de renoms tels que Ibrahim Maalouf, Karim Ziad, Omri Mor ou Arturo Sandoval. Formé seul au saxo, il se réapproprie cet instrument pour donner naissance à un nouveau langage, le Jazz Beldi. Inconditionnel du live, cet homme de théâtre, paré de ses chemises bariolées, fait exploser sur scène la musique marocaine pour créer avec son public un mélange détonnant, joyeux et festif teinté de couleurs de jazz et de musiques du monde : les couleurs d’un Maroc moderne.

Copyright 2017 Visa For Music ~ CREATED BY iAzawan